Survivre à la fac de droit

buibli

Contrairement à plein de professions, je ne connais personne qui ait commencé des études de droit à peine sorti du bac en ayant pour vocation de faire « Avocat d’affaires », à l’exception peut être de certains enfants d’avocats et encore…

Non à cet age la, on veut éventuellement être un ténor du barreau spécialisé en droit pénal ou encore juge pour enfant. Mais à 18 ans, tu rêve pas de drafter un pacte d’actionnaires !! C’est quelque chose qui vient petit à petit, pour des raisons différentes pour chacun

Alors je sais, certains commencent leur parcours ailleurs qu’à la fac (sciences po, ecole de commerce…) mais ça ce sera pour un prochain episode.

Imaginez: vous avez 18 ans ( enfin perso 17), vous sortez tout juste su bac, vous etes partis en vacances 3 mois et vous debarquez dans un amphi de 600 personnes.

Crédit photo: lemonde.fr

La première règle c’est de n’avoir aucun à priori:

  • les gens qui ont l’air si surs d’eux, font peut être partie des 50% qui ne passeront pas la 1ère année,
  • les gens si antipathiques sont parfois juste des gros bosseurs timides,
  • la pétasse qui fait claquer ses talons dans l’amphi n’est pas forcément une pouffe fini et pourra devenir ta copine,
  • la matière dont tout le monde dit que c’est « horriiiiiible » et que « de tout façon personne a jamais la moyenne » ce sera peut être ta matière préférée, et ta meilleure note du semestre.

La vraie difficulté de la première année de droit c’est de s’adapter aux méthodes de travail.

Pour avoir donné des cours de méthodo, je me suis rendue compte que beaucoup d’étudiants à force d’avoir entendu que « le droit c’est que du par coeur » apprenaient leurs cours à fond, mais ne se livraient à aucune réflexion au moment des partiels. Or la réflexion c’est ce qui fait la différence entre un 8 et un 15 à connaissance égales!

Avant de poursuivre, pour éviter les questions subsidiaires, il y a 3 grands types d’exercice en droit:

  • La dissertation: je pense que tout le monde vois de quoi je parle…
  • Le commentaire d’arrêt: un arrêt n’a d’intérêt aux yeux du juriste que dans la mesure ou il « apporte » quelque chose au débat sur une question juridique donnée. L’objet du commentaire est de trouver l’intérêt de cet arrêt, le replacer dans le contexte, et de le commenter/critiquer au regard des décisions passées, des décisions d’autres juridictions, ou des positions de certaines figures majeures de la doctrine. Contrairement à ce que peuvent penser beaucoup d’étudiants en droit, savoir faire un cas pratique est important pour un futur avocat. On passe beaucoup de temps à rechercher de la jurisprudence et à l’analyser, c’est moins formel mais la démarche est la même.
  • Le cas pratique: mon exercice préféré, et le plus proche de la profession à mon sens. On vous livre des faits bruts, et à vous de qualifier juridiquement les faits (étape 1), poser la règle de droit applicable (étape 2), appliquer la règle de droit aux faits (étape 3) et proposer une solution.
  • Un autre exercice, plutôt demandé en TD c’est la fiche d’arrêt: il s’agit de résumer un arrêt, et d’en extraire la portée, l’intérêt de cette décision. C’est la base du commentaire d’arrêt. La, le stabilo est ton meilleur ami: une couleur pour les faits, une couleurs pour les arguments, une couleur pour la portée!

Désolée pour la tartine, mais sinon après on va rien comprendre… Et quand j’ai pas mes 2 parties/ 2 sous parties je m’emmèle les pinceaux😉

Maintenant que vous savez quel type d’exercices sont proposés, passons à la pratique: ce qu’on attend VRAIMENT de vous en fac de droit.

Cela pourrait se résumer en 3 points :

1/ Savoir lire et écrire

Ecrire : Dit comme ça, je sais, ça parait bête. Mais il faut avoir corrigé 50 copies pour se rendre compte du nombre de fautes d’orthographe/grammaire faites par chaque étudiant sur une copie. Et même si en soi ça n’a pas l’air si grave, pour le chargé de TD qui corrige ça un dimanche aprem, c’est hyper agressif, enervant… Bref quand votre chargé de TD dit « gardez vous 5 min pour vous relire » écoutez le

Lire: La plupart des points perdus le sont dès la lecture de l’énoncé. Qu’il s’agisse d’un commentaire d’arrêt, d’une dissert ou d’un cas pratique, il faut lire l’énoncé ATTENTIVEMENT, et surtout ne pas se presser. C’est le risque de passer à côté de quelque chose, ou de comprendre de travers (dans un commentaire d’arrêt ça s’appelle un contresens et la conséquence directe c’est qu’aussi bonne que soit la copie, ce sera impossible d’y mettre la moyenne)

2/ Respecter les conventions

Le droit c’est pas fait pour les créatifs😉

C’est un monde de rigueur, de discipline où appliquer les règles d’usages est impératif.

L’exemple type: le plan. Sauf demande expresse, toujours se conformer au plan classique en 2 parties, 2 sous parties (sauf pour le cas pratique évidemment). Ce cadre peut sembler rigide au démarrage.

Trucs et astuces :

  • L’introduction, qui doit être sensiblement assez longue, environ 50 / 70 % du volume d’une des parties, doit toujours être intégralement rédigée au brouillon. C’est votre carte de visite vis à vis du correcteur. Une bonne intro vous pardonnera quelques hésitations et erreurs dans la suite. L’intro se termine par la problématique et une annonce de plan. Si vous avez des difficultés à trouver des tournures pour vos problématiques, essayez de les faire démarrer par « Dans quelle mesure… ». Ca marche avec tout, je l’ai utilisé de la 1ère année au CRFPA, et l’efficacité a été prouvée. Concernant l’annonce de plan, il faut éviter les « dans une première partie nous verrons que… ». Faut que ce soit fluide. Je sais c’est pas évident de prime abord, mais regardez un peu dans les bouquins, c’est pas trop mal fait d’habitude…
  • Les titres: portez un soin tout particulier à vos titres, soulignez les, et éviter les « ? »…
  • Pendant le partiel: je reviendrais sur ma méthode « mots clefs » mais le principe est qu’il ne faut pas rédiger l’intégralité de sa copie au brouillon. Vous avez 3h, c’est cours, faut être efficace.

3/ Raisonner de façon logique

Alors c’est le plus dur… mais c’est ce qui rapporte le plus

Le droit c’est une certaine forme de logique, et c’est pas pour rien si beaucoup de juristes sortent du Bac S. Le droit ça me rappelle mes cours de SVT. Rigueur, expérience, démonstration etc…

Certes en droit il y a beaucoup de connaissances à emmagasiner, mais contrairement à ce que beaucoup de gens disent (surtout ceux qui ont arrêté en cours de route d’ailleurs…), ce n’est absolument pas que du par coeur.

Une bonne copie, c’est une copie avec des connaissances, mais organisée de manière très logique en fonction du sujet. Les cours sont la pour vous donner des reflexes, vous orienter et vous permettre de rentrer tout de suite dans le vif du sujet. Mais la logique vous permet de vous dépatouiller de n’importe quel sujet même si à priori vous ne savez rien.

Exemple personnel: je tombe sur un sujet horrible, 4 lignes du cours, un vrai cauchemar. Au lieu de me démotiver, je commence par écrire tout ce que je sais sur ces 4 lignes de cours: c’est mon point de départ. Ensuite, je réflechis, à quoi me font penser ces 7 mots écris sur ma feuille. Je vous passe le nb de flèches de ratures etc… Mais toujours est il qu’une heure et demie plus tard, j’avais un plan cohérent (pas fou mais correct). J’aurais pu connaître mon cours par coeur à l’endroit et à l’envers, si je n’avais pas fait le lien logique entre les différents morceaux (très éloignés dans le cours, et certains empruntés à d’autres matières), je ne m’en serais pas sortie aussi bien.

Amis des années 70 bonjour! (Assas)

Au delà des cours, survivre à la fac de droit, c’est un peu être le dernier survivant à la fin de Koh Lanta. Donc pour que ça passe un peu plus vite, autant ne pas être tout seul tout seul non?

Dans le meilleur des mondes, il faut essayer de se faire une petite bande de potes, si possible pas des gros teufeurs déconneurs, enfin pas trop. Des gens qui pourront te passer leurs cours si tu es absent(e), avec qui tu pourras bosser tes fiches de TD, passer 1h au téléphone à angoisser la veille d’un partiel, et avec qui refaire le monde autour d’une (ou plusieurs) bouteilles de vin blanc après un partiel… bref une team de choc!

Concernant les cours: il y a plein de mythes comme quoi en droit les gens sont hyper « persos » et ne passent pas leurs cours. La réponse est plus nuancée. Si tu venais me voir en me disant « j’ai raté les cours la semaine dernière, ça te dérange de me les passer? » je n’ai j’amais dit non. En revanche, si tu débarque le dernier jour de cour avec ta clé USB et que tu venais me voir genre « j’ai raté la dernière semaine de cours, mais mets tout le poly ce sera aussi bien », la clairement tu va te faire tater!

Parce que OUI, même dans un amphi de 600 personnes on remarque les gens. Déja parce qu’on a une tendance naturelle à s’assoir toujours plus ou moins au même endroit. Ensuite parce que parfois… faut pas se mentir, les cours c’est relou, donc on s’amuse un peu. Je ne vous raconterais pas les folles histoires de BG A600 avec Lolita P*pe mais ça valait le détour😉

Revenons à l’idée principale: Aller en cours ou non, c’est un choix! Il y a des matières où je n’ai jamais mis les pieds en cours, d’autres pour lesquelles je me levais le samedi pour être en cours à 8h… Si tu ne veux pas aller en cours, personne ne va te le reprocher, et il y a foultitude de bouquins pour t’aider. Juste t’étonne pas si ceux qui se sont levés pour aller en cours tous les matins sont pas hyper helpful pour te filer les cours sachant que tu as fait la grasse mat tout le semestre. Entraide oui! se faire prendre pour une cruche non!

Dernière chose et surement la plus importante: il ne faut pas se forcer outre mesure. J’ai plein de potes qui ont redoublé une année, et sont maintenant d’excellents avocats. Mais il y en a aussi plein d’autres qui ont abandonné au bout d’un semestre et sont tout aussi heureux. Les études de droit c’est assez austère (la fille qui vend hyper bien son machin!!!), et ça peut être difficile, rebutant pour certains. Et c’est pas grave! Mais si c’est vraiment trop dur, si vous accrochez pas du tout même pas à une seule matière : foutez le camp! sauvez votre peau!

Sorry pour le pavé assez indigeste… Il me reste encore à parler fiches de TD, et choix de master 1/master 2 on est pas rendu🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments
11 Responses to “Survivre à la fac de droit”
  1. Hervine dit :

    Merci pour ton article génial!
    Je crois que je suis le pire exemple d’étudiante à la fac de droit! Pire boulet que moi, ça n’existe pas!
    J’ai « choisi » fac de droit après le lycée car je ne sais pas quoi faire de ma vie.
    J’ai eu mon bac en 2005 et 6 ans plus tard, je suis toujours à la fac (M1) après maints redoublements, je ne sais combien de fois des grosses déprimes, une année « sabbatique » (plutôt à me faire de l’argent pour me lancer vers d’autres études, mais non en fait…)
    Je n’aime pas du tout mes études. J’aurais aimé avoir le déclic. Ou alors, si je l’ai eu, ça s’est très vite estompé.
    La fille seule dans l’amphi? C’est moi! Celle qui demande les cours? C’est moi! Celle qui ne fait jamais ses TD? Devine! Celle qui fait la grasse mat’? No comment… Et aussi celle qui ne révise pas, qui y va « au talent », qui refuse d’apprendre par cœur, qui n’emprunte un bouquin à la BU car elle n’a rien glané sur Internet… Bref, j’en ai plein des comme ça.
    Je suis une vraie catastrophe en somme. Peut-être que si j’avais aimé mes études, si j’avais su ce que je voulais faire plus tard, tout cela aurait été différent.
    Et à force d’échec, j’ai totalement perdu confiance en moi. J’ai continué la fac pour que mes proches, et surtout ma mère, soient fiers de moi. La belle affaire! Je suis résignée à faire un boulot plan-plan qui ne me fera pas vibrer à défaut d’avoir pu faire les études qui me plaisaient.
    Je pense qu’avant d’entamer ces études, il faut vraiment avoir une idée de son futur métier. Même si c’est très difficile de le savoir en sortant du bac.
    J’aurais aimé être comme mon mec qui a toujours voulu être avocat pénal et qui a de grandes chances d’y parvenir. Si ça c’est pas une vocation😀
    Désolée du pavé mais ça fait du bien de l’écrire.
    Bisous ma belle!

    • Shoubbi dit :

      J’ai relu ton commentaire 3 fois je vais essayer de rien oublier
      1/ la vocation: c’est pas si évident que ça. Je n’avais aucune ambition en arrivant à la fac et c’est la que j’ai trouve ma voie. D’autres au contraire ont eu de grosses desillusions. Ça peut aider à se motiver mais ça fait pas tout
      2/ la réorientation: parmi mes potes de fac il y en a tellement qui font des métiers sans aucun rapport avec le droit! L’une bosse pour grazia, une autre dans la prod tv, un autre dans la musique, un autre dans les jeux vidéos (et pas juriste) et un dernier est agent sportif. Ils ont quitté la fac à des niveaux allant de L3 à m2. L’un deux a triplé sa première année! Donc il n’y a pas forcément besoin de se désespérer. Il existe quand même plein de voies parallèles accessibles des a L3 dont certaines en apprentissage pour éviter les frais de scolarité. Le plus dur c’est de se poser et de réfléchir calmement à ce qu’on veut faire. Beaucoup de candidatures étant en mars pourquoi tu ne tenterais pas ta chance?
      3/ les études : la fac c’est un peu « ton univers impitoyable » et n’est pas adapté au tempérament de tous. J’ai toujours été très indépendante: je le lève si je veux, je bosse si je veux etc… Et bizarrement moins on est derrière moi plus ça me motive. Mais je pense être l’exception et c’est plus que normal de pas se faire à ce rythme ui est qd même assez degueu!

      Bref je suis sûre que tu va trouver ta voie, ce sera pas dans le droit, mais bon on t’en voudra jamais d’avoir fait ça. De toute façon de nos jours personne n’a une carrière rectiligne et on va tous changer de job 3 fois voire créer notre boîte. Donc au lieu de fous sur le négatif, dit toi que tu as au moins rayé un pan entier de j’observe que tu ne veux pas faire et que ça te donne une idée certes encore vague mais toujours un peu plus précise de ce que tu veux et ne veux pas faire. Et si tu ne trouve pas le job de tes rêves bah tu l’inventer à!

      (moi mon rêve c’est de racheter une usine textile et de trouver un jeune designer sympa pour produire du made un France… C’est con et même si j’y arrive ça se plantera sûrement mais je m’accroche à ça en me disant que ce sera plus d’un que ce que je fais aujourd’hui et qu’au moins j’aurais été au bout du truc!)

  2. Je n’ai pas forcément lu en détails ton article, mais grosso modo, je suis d’accord avec toi. Après mon bac, je suis arrivée à la fac de droit avec beaucoup d’a priori et effectivement, çà « bloque » ! Il fallait juste trier les on-dit et constater par soi-même. Sinon, je suis moi aussi d’accord qu’on ne rêve pas tous de devenir avocats d’affaire ou juges au pénal à 17 ans, c’est au fur et à mesure qu’on apprend à aimer la matière ! Cà fait 15 ans maintenant que j’ai quitté la fac et je suis très heureuse d’avoir choisi le droit.

  3. Diane dit :

    Ton article est très vrai. Pour ma part, j’ai fais cinq ans de droit (j’ai obtenu mon M2), je bosse maintenant depuis plus de trois ans et la vocation n’est toujours pas là. Je m’ennuie ferme et cherche désespérément une possibilité de reconversion, en vain pour le moment…

    Donc si je dois donner un conseil aux futurs étudiants en droit : réfléchissez bien. N’y allez pas parce que votre entourage pense que vous êtes fais pour ça, parce que vous êtes sérieux, rigoureux car ce n’est vraiment pas une partie de plaisir, ni pendant les études, ni après…

    • Shoubbi dit :

      C’est tres vrai ce que tu dis. Je sais pas pourquoi les parents/proches sont tjs plus rassurés que tu fasse du droit parce que ça fait serieux sans doute.

      Mais aujourd’hui il existe un paquet de reconversions possibles au cours des etudes, notamment par le biais des admissions parralleles aux ecoles de commerce, journalisme ou autre…

      • Diane dit :

        Voilà, les études de droit ça fait bien…
        Des possibilités de reconversion au cours des études oui, mais je bosse depuis quelques années maintenant…

  4. En entrant en fac de droit, je savais ce que je voulais faire et ne pas faire … Et si en 1ère année, devenir avocate ne faisait absolument pas partie de mes ambitions, Je n’avais pas la vocation à l’inverse de mes amies qui avaient toujours rêvé de plaider de grands dossiers ! Pour moi être avocate c’était essentiellement faire du pénal, être commis d’office etc …
    En Master, je me suis découverte une vraie passion pour le droit économique : la distribution, la concurrence et la consommation … et aujourd’hui j’dxerce dans ces domaines en tant qu’avocate ! Comme quoi, pour une fille qui ne voulait « surtout pas!!! » être avocate … Il ne faut jamais dire jamais … Et aujourd’hui, j’aime mettre ma robe, aller plaider, préparer des jeux de conclusions etc. Bref ! j’aime mon métier !

    • Shoubbi dit :

      J’ai un parcours assez proche: je n’avais pas du tout envie d’etre avocate parce que je limitais ça au penal ni d’etre juge. Et en license j’ai eu ma revelation: le droit des societes! Et quand j’ai cherché ce qu’on pouvait faire avec ça ma « vocation » est apparue😉

      De toute facon c’est souvent ceux qui deblaterent les plus grandes ambitions en 1ere annee qui arretent le plus vite…

  5. aboutaverv dit :

    Très intéressant😉 je me reconnais un peu dans ce que tu dis, sauf que j’ai pas encore le recul nécessaire, normal hein je suis en plein dedans…

    +1000 pour le début et la fin^^

    On ne fait pas du droit des affaires par vocation, perso quand je suis arrivée à la fac, je savais même pas ce que c’était! Ca vient avec le temps, et encore.. c’est tellement vaste comme domaine, c’est ce vers quoi je souhaiterai m’orienter mais je suis incapable de dire encore en L3 si je vais plus me spécialiser en droit des sociétés, droit du travail ou droit fiscal et encore moins le métier que je veux exercer même si petit à petit ça se décante (c’est normal!)
    Après on est pas dans un doux rêve non plus (ce que les étudiants en fac de droit ont tendance à oublier) ok il y a de nombreux débouchés, des métiers passionnants à la clé, qu’il faut se donner les moyens de réussir blabla… mais forte sélection il y a et pour l’instant je ne peux pas me projeter. Pourtant je ne suis pas dans une situation terrible hein, quasiment 12 de moyenne sur le DEUG, mes semestres du premier coup etc mais j’ai pas eu ce déclic qui fait dire « maintenant je veux faire ça » et qui motive à bloc, en attendant je végète, les notes et l’investissement fournis s’en ressentent alors que je sais que je suis capable de mieux. Trop frustrant, et c’est pas en continuant comme ça que je vais accéder au précieux M2..
    Je cherche des solutions aussi :
    – Erasmus why not mais sans doute pas le mieux en M1 quand on ne veux pas perdre une année (refaire un second M1)
    – l’alternance pas de M1 en alternance dans ma fac et finalement je crois que je ne suis pas prête pour aller bosser
    – changer de voie pas envisageable^^
    – un stage pour découvrir d’un peu plus près la réalité du métier, encore faut il le trouver ^^, j’ai envoyé ma 1ère série de lettres il y une quinzaine, et pour le moment j’ai eu qu’une réponse négative pourtant j’ai l’impression de m’y être bien prise (cri de détresse qui réclame ton article à ce sujet^^)

    Anyway, je m’égare. Donc la fin, surtout ne pas se forcer, tu as totalement raison, j’ai des amis qui ont arrêté dès la L1 et qui ont aujourd’hui trouvé des formations qui leur correspondent et ils sont bien plus épanouis! Et je ne comprends toujours pas les autres qui sont encore en L1 (avec un semestre de raté sur les deux) et qui s’entêtent encore et encore (« ah mais tu sais je veux faire notaire c’est pour ça »😀, « c’est pour mes parents »..)
    Bref la fac de droit c’est vraiment tout un monde, très enrichissant et pourvu qu’on y trouve sa (petite) place, qu’on sache s’adapter aux méthodes de travail, qu’on soit intéressé, ce sont des belles années!

  6. Nina dit :

    Ah la fac de droit (on a fait la même vu la photo. Mais Panthéon, c’est moins moche, quand même)
    Ce qui est surtout difficile (enfin, pour moi, hein), c’est qu’il n’y a pas réellement de stimulation. On te dit que passer en L2 c’est déjà bien, vu le taux d’échec, que passer en L3 c’est très bien vu le taux d’échec, et puis après on te parle direct de mentions et de M2.
    C’est un peu le parcours du combattant, quoi (même si au final on peut aller jusqu’au bout de la scolarité universitaire en s’accrochant un peu).
    Je pense que ça va me faire bizarre de quitter la fac en fait (et ça va être bientôt puisque je suis en M2)
    Pour les histoires de vocation, j’ai dû changer 3 fois de projet pro à la fac. J’ai voulu être avocate (comme à peu près 80% des gens que je connais), et puis finalement aujourd’hui, je me dirige vers tout autre chose. Donc, oui, c’est vrai, il faut prendre son temps (et puis on finit de grandir aussi entre 18 et 23 ans)

    Je sais pas pourquoi je dis tout ça en fait, ça n’a pas grand intérêt. Mais ton article me rappelle quand même pas mal de trucs!

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Après avoir survécu à la fac de droit, et s’être orienté en M1 et eventuellement M2, l’étudiant juriste, et en particulier le wannabe business lawyer, partira très vite à la recherche de stage. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :