The Kooples: episode 1, le rejet

J’ai connu The Kooples comme tout le monde, lors de leur campagne « virale » en 2008.

Si Comptoir de Cotonniers faisait poser des mères et des filles, The Kooples faisait poser de vrais couples, en indiquant leur « durée »

Exemple:

Point commun entre ces deux marques? La génétique !!! Les frères Elicha, fondateurs de The Kooples sont les enfants des créateurs de Comptoir.

Comme quoi, les héritiers peuvent être aussi doués pour les affaires que leurs parents.

Le succès rapide, et même fulgurant de la marque, qui pourtant pratique des prix plutôt élevés, a donné lieu à de nombreux articles de presse et reportages télé (je me souviens en particulier d’un numéro de Capital, ou l’on suivait les brothers en train de chercher leurs futures boutiques londoniennes).

Pour vous donner une idée, dans le VIe on compte dans un rayon de 300m pas moins de 3 BOUTIQUES !!! Mais zéro chez moi dans le XVe (que celui qui n’a pas compris où habitent les bobos aille se mettre au coin!).

Point de vue stylisme : The Kooples affiche dès le départ un esprit résolument rock et androgyne.

Donc autant dire que cette marque n’avait à priori RIEN pour me plaire et TOUT pour m’énerver :

– La récupération du rock par la mode (merci Kate Moss pour le massacre) commençait plus que doucement à m’énerver : voire des gamins du VIe arrondissement avec pour 1000 euros de fringues sur le dos se plaindre de « comment c’est trop dur ma vie » et expliquer « comment je suis trop un rebelle » en se recoiffant la mèche coupée chez Toni & Guy… ça me tapait un peu beaucoup sur le système.

– La mode tendance androgyne… un mot pour éviter de dire maigre. Parce que des filles avec des hanches et des seins, bah ça peut pas être androgyne mon chou. Donc mode réservée à des maigres, merci mais non merci!

– Et surtout: LES PRIX !!! Dès le départ, les Elicha brothers ont visé un créneau : le « luxe accessible« . Comprendre : patrons des costards made in Savile Row, pas une seconde ligne de créateur, mais pas UN créateur, récupération des codes du luxe dans la communication et dans les boutiques etc… Forcément quand tu veux des boutiques dans les plus beaux endroits, tu dois répercuter le coût du loyer, et contrairement à H&M, ce sera pas sur les quantités mais bien sur le prix !

Luxe « accessible » mais pas pour tous : Il suffit de voir les prix pour s’en convaincre😉

The Kooples et moi, c’était très mal parti, payer un t-shirt 70 euros, ça a toujours été contre mes principes !

Mais le temps a passé, et la saison des ventes privées est arrivée…

Suite au prochain épisode !

Comments
4 Responses to “The Kooples: episode 1, le rejet”
  1. je n’aime toujours pas The Koople pour une qualité bof, une originalité bof, des vendeuses bof, des coupes bog (je fais sur 38 chez eux et du 34 normalement !! vive les maigres :/)
    Mais j’attends la suite😉

    bises
    Anne

  2. MidnightBoom dit :

    Wow le spoiler de la robe bicolore & bi matière !
    Hâte de voir la suite🙂

  3. Marieand dit :

    Je boycotte aussi The Kooples depuis le début, je ne comprends pas cette marque …
    Mais je vois que tu es passée du côté obscur de la force …😉
    Bonnes soldes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :